Un mal pour un bien

« Ça a été un mal pour un bien », dit Marie-Michèle Gagnon, skieuse alpine, en réfléchissant à ses blessures subies après avoir fait une chute en s’entraînant à Lake Louise en octobre 2017, quelques mois avant de représenter le Canada à ses troisièmes Jeux olympiques.

Un examen d’IRM effectué le lendemain a permis de conclure à une déchirure nette du LCA, une blessure courante dans ce sport, mais Gagnon a également subi une déchirure du bourrelet marginal à l’épaule.

« Je connais les risques associés à mon sport, surtout en ce qui a trait aux épreuves de vitesse, et je comprends que les blessures en font partie. Presque tous les skieurs que je connais ont subi de graves blessures aux genoux, alors c’est presque un rite de passage dans notre sport », a-t-elle reconnu.

Bien qu’il ait été difficile pour elle de regarder certaines des épreuves auxquelles elle n’a pas pu participer en raison de sa blessure, les Jeux olympiques notamment, la Coupe du monde est tout aussi importante pour elle.

« C’est le même groupe de compétiteurs, sinon plus nombreux, à la Coupe du monde qu’aux Jeux olympiques; la seule différence étant la célébrité associée aux Jeux olympiques et l’attention générée, mais je ne skie pas pour cela », explique Gagnon.

« Étant enfant, je voulais simplement être la meilleure skieuse au monde. Je savais que les Jeux olympiques feraient partie de ma vie, mais je voulais simplement faire vraiment bien en tant que skieuse. C’est pourquoi je continue à skier. »

Malgré la déception de manquer ses troisièmes Jeux, Gagnon est demeurée optimiste. « C’est évident que rater les Jeux olympiques était bouleversant, mais j’ai terminé cette saison en beauté parce que je skiais si vite et que ma vitesse pouvait encore s’améliorer, alors j’ai vu cela comme un mal pour un bien. » En tant que compétitrice à deux épreuves de slalom aux Jeux olympiques, Gagnon a déplacé son attention vers la descente, la course la plus rapide des épreuves de ski alpin.

La période de rétablissement de huit mois a permis à Marie-Michele de passer plus de temps à un seul endroit et avec sa famille, tout en lui donnant le temps de raviver la flamme intérieure pour commencer son parcours de réadaptation avec lʼICS de Calgary et le code R2P. Elle a décidé de déménager temporairement à Calgary pour travailler avec certains des meilleurs professionnels des sciences du sport dans le domaine.

« J’étais vraiment concentré sur ma récupération. Mon équipe de lʼICS de Calgary mʼa offert un grand soutien et jʼétais tellement à lʼaise de travailler avec eux. Je leur ai fait confiance parce que je sais à quel point ils travaillent fort. »

Elle dit quʼelle sʼest beaucoup basée sur ses résultats des tests pour obtenir lʼassurance et la confiance dont elle avait besoin pour retourner à son sport en toute sécurité. « Même après quelques semaines [de tests], je voyais une nette amélioration, en raison de lʼentraînement et des efforts que jʼai déployés pour augmenter ma force et aussi au dévouement dont mon équipe a fait preuve. Tout cela a très bien fonctionné et a produit de bons résultats. Les résultats des tests du code R2P m’ont aidé à me concentrer sur les aspects que je devais améliorer, et cela m’a guidé et motivé à continuer à travailler dans la bonne direction. »

Et c’est effectivement dans la bonne direction qu’elle va, aussi vite que jamais.

Un saut de dix pieds de haut vers le retour à la santé

 « Ça a probablement été la pire douleur que j’ai ressentie de ma vie » a décrit le skieur acrobatique, Sascha Pedenko, après avoir subi une blessure au genou à la suite d’une chute dans une course d’échauffement en faisant une figure « cork » droit 9, à dix pieds dans les airs, lors d’un camp d’entraînement en Nouvelle-Zélande, alors qu’il se préparait à la première Coupe du monde de la saison.

D’après la façon dont j’ai touché avec mes skis après ma chute et que je suis retombé à nouveau, on aurait dit que je m’étais cogné la tête ou que je m’étais cassé la clavicule. Alors, quand mon entraîneur est descendu vers moi, il était sûr que j’avais une clavicule cassée, mais j’ai su presque immédiatement que quelque chose n’allait pas du tout avec mon genou. Il avait raison. Un LCA déchiré, une déchirure partielle du LLI du genou et une déchirure de la racine de son ménisque ont confirmé que son genou était en très mauvais état, et non sa clavicule.

Mais l’approche de ce jeune skieur était différente de la plupart des gens après une blessure au genou de cette ampleur. « Bien sûr, j’étais en colère, mais je ne l’ai pas vraiment vu comme étant négatif », dit Pedenko de sa blessure, en disant qu’il n’a pas complètement saisi ce qui s’était passé avant qu’il ne retourne à la maison, après son séjour à l’hôpital en Nouvelle-Zélande. « Je savais que c’était mauvais et je savais que j’avais besoin d’une chirurgie, mais je pensais aussi que cela me donnerait de neuf mois à un an pour réparer tous les autres problèmes de mon corps que j’avais négligés. » En tant que skieur acrobatique de compétition, la saison morte n’offre qu’une pause de trois mois, ce qui n’est souvent pas assez long pour récupérer entièrement après une saison longue et exigeante. Après le long voyage de retour au Canada, Sascha a subi une chirurgie dans les 10 jours suivant son arrivée, avec une approche positive en vue de sa réadaptation. « Je savais que le temps passé au gymnase pendant une année complète serait vraiment bénéfique à long terme pour ma carrière. »

Son parcours de réadaptation a commencé une semaine après la chirurgie effectuée par le chirurgien Dr Stephen French de Group23 Sports Medicine. Il remercie son équipe à lʼICS de Calgary pour leur approche sécuritaire et bien informée et de leur plan de retour au sport soigneusement élaboré et personnalisé, comprenant des présentations étape par étape du travail nécessaire pour retourner à la neige avec succès. Il a remarqué que Drew Lawson, entraîneur en développement de la force et en conditionnement, avait une grande expérience de travail avec les personnes en réadaptation d’une déchirure du LCA et qu’il prenait toutes les précautions nécessaires lors des exercices de renforcement musculaire, tandis que la physiothérapeute Isabel Aldrich-Witt travaillait sur un entraînement avec restriction du flux sanguin dans son programme. « Ils sont très compétents et ils veulent vraiment ce qu’il y a de mieux pour moi et pour toute notre équipe. C’était formidable de voir qu’ils voulaient me revoir en santé autant que moi. »

Pedenko a pour objectif de retourner à la compétition plus tard cette année après avoir obtenu l’autorisation complète après ses tests au laboratoire de musculation, un outil qu’il a beaucoup utilisé pour lui redonner la confiance supplémentaire dont il avait besoin pour se préparer à la prochaine saison. « Le processus n’aurait pas pu être meilleur » alors qu’il est de retour en santé, en faisant une belle figure « cork 9 ».

Terminer selon ses propres conditions

Ayant grandi à Calgary et sur les pistes du Parc Olympique Canada, le skieur acrobatique Finnian Young connaît la piste comme sa poche, mais un nouveau saut non maîtrisé provoqua un résultat imprévu.

« Nous faisions un entraînement de soir et j’ai fait un saut que je venais d’apprendre la veille » explique Young au sujet de sa séance d’entraînement habituelle du 31 janvier 2019. « J’ai voulu essayer le saut à nouveau et je l’ai manqué complètement, et quand j’ai atterri, j’ai eu l’impression que mon genou s’était disloqué. » Les résultats de l’IRM du lendemain ont confirmé son impression. Finnian avait subi une déchirure complète du ligament croisé antérieur et quelques lésions du ménisque.

« J’étais assez fâché et j’en avais assez de ce sport », a d’abord déclaré Finnian à propos de sa blessure, ayant déjà pensé à se retirer de ce sport au cours des mois précédents. Il se souvient d’avoir pensé que si son genou était sérieusement blessé, cela mettrait un terme à sa longue carrière de skieur. Une opération du LCA et une rééducation peuvent durer de six mois à une année entière, une période qui a une incidence considérable sur les objectifs d’un athlète sportif.

Mais avec les encouragements et le travail de l’équipe de l’ICS de Calgary, Finnian savait qu’il serait capable de persévérer et de passer à travers cette épreuve. « Le soutien que jʼai reçu de lʼICS de Calgary mʼa ramené au sport. Tout le monde a travaillé si fort pour que je puisse me remettre et j’ai vraiment apprécié cela. L’équipe de l’ICS de Calgary était plus que des entraîneurs et des professionnels de la santé pour moi; nous avons développé une excellente relation qui a joué pour beaucoup tout au long de mon processus de guérison. »

Finnian est revenu à la neige six mois après l’opération, après avoir obtenu l’autorisation de son chirurgien, le Dr Mark Heard. En janvier 2020, il était de retour à l‘entraînement pour se préparer à la prochaine saison. Il reconnaît que le fait d’avoir travaillé avec l’équipe du code R2P dans le laboratoire de test l’a rassuré quand il a constaté l’amélioration de ses résultats au niveau de la force. « Grâce aux plaques de force, nous avons pu suivre et quantifier ma force et constater que l’augmentation graduelle de la progression me donnait la tranquillité d’esprit nécessaire pour retourner à mon sport en toute confiance. »

Le courageux skieur a pris sa retraite en juillet 2020. Alors qu’une grande partie de la population mondiale s’est arrêtée après l’apparition du virus de la COVID-19, le Finlandais a courageusement abandonné ce sport, sachant qu’il était temps pour lui de passer à autre chose. Il avait prévu de faire du ski cette saison et de retourner à la compétition, mais les changements dans le monde l’ont poussé à la retraite. « Je ne voulais pas que mon genou soit la raison de ma retraite du sport, et ça n’a pas été le cas », a commenté Finnian sur son rétablissement réussi. Il se souvient de sa rééducation avec l’équipe de l’ICS de Calgary et parle avec émotion de son genou fort et sain qui l’aidera dans les prochains chapitres de sa vie encore toute jeune.

Dites-moi les choses telles qu’elles sont

« Dites-moi les choses telles qu’elles sont », a demandé le skieur alpin canadien Morgan Megarry à la physiothérapeute de l’Institut canadien du sport de Calgary et de l’équipe nationale de ski alpin, Courtney Brown, après qu’il ait dévalé les pentes pendant son entraînement à l’Alta Badia, en Italie, où il s’est infligé une cinquième blessure majeure au genou.

Un LLI, un LCA et un ménisque déchirés; le pire cauchemar d’un skieur. Sachant qu’il avait une longue convalescence l’attendait, la colère et la douleur initiales de Morgan étaient bien justifiées, car cette blessure allait le mettre hors jeu pour la saison. « J’étais une épave » a déclaré Megarry, affirmant que c’était une année importante pour lui, même cruciale. Alors qu’il prétendait au statut de vétéran en raison de sa longue et fructueuse carrière de skieur alpin, Morgan a été aux prises avec des blessures au cours des deux dernières saisons.

Après le voyage de retour au Canada, Morgan a subi une chirurgie dans les trois jours suivant son arrivée avec un chirurgien renommé, le Dr Mark Heard. Heard a dirigé toutes les opérations de Megarry, créant une étroite relation médecin-patient dans laquelle l’envoi de SMS était une forme de communication fréquente. « C’est assez incroyable d’avoir le numéro de mon chirurgien orthopédiste pour lui envoyer un SMS pour le voir le lendemain. J’étais avec les meilleurs chirurgiens. Je pense qu’il est le meilleur chirurgien orthopédique pour skieurs en Alberta, sinon au Canada. »

Après une opération réussie, Morgan est de retour au gymnase pour travailler avec la physiothérapeute de lʼICS de Calgary, Sarah Robinson, et l’entraîneuse en préparation physique, Jeremiah Barnert. Megarry dit qu’ils ont été très bons, tout au long de son rétablissement, pour maintenir une routine de réadaptation efficace et une communication constante entre eux. « Ce que je trouve le plus positif de cette interaction, c’est que tout le monde était en contact et sur la même longueur d’onde chaque jour », explique-t-il. « S’il y avait une quelconque divergence entre nous, je me sentais à l’aise d’approcher à la fois Sarah et Jeremiah pour rectifier les choses dans le cadre de ma routine, et c’était vraiment très appréciable. »

Maintenant à la retraite, Morgan savait à quel point cette réadaptation était essentielle non seulement à son retour sur la neige, ce quʼil a accompli 11 mois plus tard, mais aussi à sa capacité de maintenir une qualité de vie normale après le sport. « Étant donné la quantité de blessures que j’ai eues au genou, toute personne qui sait ce qui s’est passé serait vraiment impressionnée par mon rétablissement. » Et pour cela, il remercie l’équipe de l’ICS de Calgary pour les soins prodigués et pour le respect mutuel pendant une période très difficile de sa carrière. « De bonnes personnes qui prennent vraiment la situation à cœur, qui ont réfléchi à la situation et qui savaient ce qu’elles faisaient. »

Reconstruction constructive

Un téléski brisé dans une piste de ski en Autriche est ce qui a incité Mark Hendrickson à faire son premier vrai saut après avoir récupéré de sa deuxième reconstruction du ligament croisé antérieur. Lors de son premier camp d’entraînement avec l’équipe à 18 ans, le skieur acrobatique maintenant âgé de 21 ans était prêt à sauter, mais sans téléski pour aller en haut de la montagne, il n’avait pas le temps de s’échauffer.

L’encouragement d’un coéquipier qui lui a dit de ne pas hésiter, de simplement aller de l’avant a incité Mark à sauter. « J’en avais besoin pour retrouver mon état d’esprit, » se souvient Mark.

Il a donc fait le saut sans hésitation et a effectué un atterrissage parfait.

Si Mark vous semble plutôt jeune pour avoir déjà subi deux chirurgies complètes au ligament croisé antérieur, vous avez tout à fait raison. Quand il avait 15 ans, sa première récupération du ligament croisé antérieur s’est bien passée, mais la deuxième, en 2017, a été plus douloureuse et a duré plus longtemps.

C’est à ce moment qu’il a commencé à travailler avec Sarah Robinson, physiothérapeute de l’ICS de Calgary, et de Mike Lane, entraîneur en conditionnement physique. Mark affirme qu’ils l’ont aidé à guérir pendant sa longue récupération. « Ils avaient une approche très coordonnée, » se souvient-il. C’était agréable qu’on s’occupe de moi avec autant d’attention et d’importance. Je voulais reprendre mes activités pour eux aussi. »

Une année complète d’arrêt, beaucoup de travail acharné et un peu d’introspection étaient tout ce dont Mark avait besoin pour se sentir prêt à skier à nouveau. Après son premier atterrissage en Autriche, il était de retour.

Mark affirme que c’est grâce à Mme Robinson et M Lane, ainsi qu’à toute l’équipe de l’ICS de Calgary, qu’il a pu retrouver la forme. « Ils étaient très bons pour me garder concentré sur ma tâche, dit-il. J’avais le sentiment de devoir le faire pour eux autant que pour moi. »

À son retour au sport, Mark s’est retrouvé de manière inattendue au sommet du podium en remportant sa première médaille d’or en janvier 2020 lors d’une Coupe du monde en France. Sa victoire l’a convaincu qu’il pouvait poursuivre dans ce sport et que ses genoux étaient comme neufs. Il était également reconnaissant envers l’équipe qui l’a aidé à réussir.

« La première chose à laquelle j’ai pensé après cette victoire en France était que j’avais très hâte de les voir, » dit-il. « Sans leur aide, j’aurais certainement arrêté de skier. »

  • 1
  • 2

Copyright © 2013 Canadian Sport Institute Calgary | All Rights Reserved | Photo Credit : Dave Holland